News
SYSCADE, ou l’analyse de fûts de déchets radioactifs
À l’origine, DSi (Delta Services Industriels) est actif dans la mise en œuvre de techniques de radiotraçage dans le secteur automobile. Avec SYSCADE, la société a entrepris de valoriser ses compétences acquises à une tout autre fin : développer une unité́ mobile d’analyse de futs de déchets radioactifs. En partenariat avec Scannix (filiale de DSi) et Technord, le projet a démarré en novembre 2019 et devrait aboutir à la mise en place d’une unité déjà opérationnelle pour la fin de ce mois de juin 2021.
Rencontre avec Florent Callens, Sales Engineer chez DSi.

 

En quoi consiste le projet SYSCADE ?

SYSCADE, c’est pour « SYStème de CAractérisation des DEchets ». Ce laboratoire mobile est installé dans un container. Sa mission est d’inspecter et caractériser des fûts de déchets radioactifs de façon non destructive.

Les fûts sont introduits dans le container pour être automatiquement inspectés par rayons X, puis caractérisés au niveau radiologique. Le contenu est radiographié afin d’obtenir des images 2D ou 3D du contenu. La caractérisation radiologique consiste à déterminer le type de radio-isotopes présents ainsi que la distribution de la radioactivité tant sur la hauteur du fût qu’au niveau angulaire. Les 2 mesures sont réalisées en une fois et de manière totalement automatisée.

A qui ce projet est-il destiné ?

Le marché que visait initialement SYSCADE était le contrôle des déchets nucléaires dits « historiques » pour décider de leur traitement. Il s’agit de détecter les éventuels liquides présents qui devront alors être séparés.  Certains fûts pourront être compactés, d’autres incinérés, selon la nature de leur contenu.  Le projet s’adresse principalement aux structures qui stockent des fûts qui remontent à des périodes où les outils informatiques n’existaient pas et où le référencement des contenus était limité. Avec notre unité mobile, il est possible d’identifier leur contenu et les niveaux de radioactivité sans les ouvrir.  Ce laboratoire est proposé aux centres nucléaires, mais aussi aux laboratoires de recherches et aux centres de stockage de déchets qui ont conservé et stocké temporairement leurs déchets avant stockage définitif ou libération.

Plus récemment, nous avons reçu des marques d’intérêt pour la réalisation de mesures dans le cadre du démantèlement des sites nucléaires.  Le marché semble dès lors prometteur, d’autant que notre système d’inspection et de caractérisation est installé dans un container de 12 mètres de long transportable par camion, ce qui nous permettra de le déplacer de site en site.

Comment en êtes-vous arrivés à développer ce projet ?

En un peu plus de 20 ans DSi a développé une grande expertise dans les techniques de radiotraçage appliquées au développement des moteurs thermiques et des lubrifiants. Nous faisons en d’autres mots de la médecine nucléaire appliquée au développement de systèmes mécaniques, et touchons à beaucoup de domaines : la mécanique, l’électronique, l’hydraulique, et les mesures nucléaires.  C’est un savoir-faire qui est assez unique.

En 2019, nous pressentions déjà un ralentissement de nos activités lié à l’électrification rapide des véhicules, ce qui nous a encouragé à nous diversifier tout en restant dans notre domaine de compétence le plus pointu : la métrologie nucléaire. De plus, en 2015, nous avions déjà réalisé un premier projet avec Technord et X-RIS (une PME liégeoise qui développe des équipements de radiographie industrielle) au centre de recherche JRC ISPRA en Italie en y rénovant un système de caractérisation de fûts de déchets radioactifs par rayons X. Cette collaboration fut un réel succès, elle contenait déjà toutes les prémisses du projet SYSCADE.

Le projet a été labélisé par le Pôle MecaTech en 2019. Où en êtes-vous aujourd’hui ?

Nous sommes très fiers car nous avons pu, malgré la crise, mener à bien l’essentiel du projet en un temps record.  L’inspection par rayons-X est déjà opérationnelle et la mesure radiologique fonctionne elle aussi dans un mode actuellement simplifié. Des développements software sont en cours pour pouvoir utiliser toutes les capacités du système, à savoir localiser les points chauds dans chaque fût analysé.

Nous nous attaquerons ensuite à la fusion des résultats des deux types de mesures (imagerie Rx et radioactivité) de manière à pouvoir visualiser, par transparence, les éléments présents dans les déchets qui sont à l’origine des émissions de rayonnements.

La commercialisation du produit démarrera officiellement en décembre prochain dans le cadre du salon WNE (World Nuclear Exhibition) qui se tiendra à Paris. Vu la nature du projet, toutes nos démarches s’inscrivent dans la durée. Divers contacts ont déjà été établis en Belgique avec Engie, Tecnubel, ainsi que le SCK Mol qui dispose déjà d’une grande expertise dans le démantèlement nucléaire. Nous allons bien entendu nous tourner vers le reste de l’Europe, il s’agira d’une première étape avant d’accéder aux autre marchés, DSi étant surtout connue à l’international.

La communication a récemment été lancée avec quelques articles dans la presse wallonne. Concernant le salon WNE à Paris, nous avons posé notre candidature pour le prix du produit le plus innovant de l’année.

Quel a été l’apport du Pôle MecaTech dans ce projet Syscade ?

Le Pôle MecaTech fait appel à des experts internationaux.  Lors de la présentation du projet, ceux-ci nous ont aidé à mieux l’orienter dans une perspective de ventes et de création d’emplois.  Nous avons aussi pu gagner en visibilité.

Et bien entendu, le fait d’avoir été labélisé par le Pôle nous a permis d’accéder aux fonds FEDER et de la Région wallonne plutôt que de devoir tout financer sur fonds propres. Sans cela, notre projet n’aurait probablement jamais vu le jour.

Plus d'articles

IBA fête ses 30 ans!

Ion Bean Applications (IBA) a fêté ses 30 ans d’existence le mardi 6 septembre à Louvain-la-Neuve. Petite spin off de l’UCL lancée en 86, IBA est aujourd’hui leader mondial en protonthérapie pour le traitement du cancer. Employant 1.200 personnes (dont la moitié à Louvain-la-Neuve) au début de cette année, elle recrutera 400 personnes supplémentaires pour la …

Appel M-era.Net 2019

L’appel à projets M-era.Net implique 35 agences de financement qui représentent 25 pays européens et non européens, comme Taïwan, l’Afrique du Sud, l’Etat de Sao Paulo – Brésil ou la Fédération de Russie. Pour la première fois, le Québec est associé à M-ERA.Net ! Le projet M-ERA.Net est un réseau d’agences et de programmes de financement impliqués …

Appel à projets multi-régional – BELCOO (ex. BEL-SME)

En 2015, à la suite d’une demande des ministres régionaux de la Recherche scientifique, est créé le programme BEL-SME en vue de favoriser des synergies et de promouvoir la collaboration intra-belge. Le SPW recherche, Innoviris et l’Agentschap Innoveren & Ondernemen ont ainsi développé un instrument simple qui encourage l’élaboration de projets conjoints de R&D entre les PME belges de …