News
Mecasoft : des compétences de pointe pour des partenariats stimulants

L’entreprise est active depuis plus de 40 ans dans le secteur de la sous-traitance en électroérosion, mais également en usinage de précision puis en micromécanique. Outre les difficultés liées à la crise sanitaire que nous avons connue récemment, Mecasoft avait déjà dû faire face à une autre épreuve: le décès de l’un des associés. Depuis 2018, la société a donc entrepris une importante diversification de ses activités et a poursuivi son engagement dans des partenariats innovants.

Historiquement, Mecasoft est active dans différents secteurs : l’aéronautique et l’aérospatial qui représentent environ 40% de son activité ; l’usinage industriel pour des domaines comme l’automobile, l’industrie de précision et encore la défense constitue encore à peu près 30%; et un troisième pan, également de 30% est lié à la recherche, au médical et à la pharma.

Grâce à la réputation de son bureau d’études et sa certification aux normes aéronautiques (EN 9100:2018), l’entreprise réalise de nombreuses commandes pour Airbus ou Boeing, et leurs grands donneurs d’ordre de Rang 1 ou 2 comme la SABCA, la SONACA ou encore Safran Aero Booster par exemple. Or, la crise sanitaire a montré sa dépendance à ce secteur, raison pour laquelle Mecasoft a souhaité continuer son développement dans ses autres domaines d’activité. Différentes initiatives étaient déjà en cours, notamment des projets de R&D, et seront ainsi renforcées dans le cadre des différents plans de relance.

L’entreprise s’implique par exemple dans le secteur pharmaceutique: Mecasoft a ainsi développé une technologie de mélangeurs statiques pour des applications de microfluidique dans les processus en continu[i]. En ce qui concerne le médical, on peut aussi citer le développement d’implants intravertébrés de haute précision pour des applications vétérinaires ou encore la contribution au développement de stylos cryogéniques consistant à appliquer un liquide refroidi en vue d’un traitement dermatologique.

Autre initiative et non des moindres : Carmapharm. Développé au sein du Pôle MecaTech avec différents partenaires, ce projet visait à développer de nouveaux matériaux pour produire et purifier des anticorps synthétiques à moindre coût grâce aux progrès récents en microfluidique et en usinage de précision. Il a déjà abouti à la production d’un générateur de microgouttes à simple et à double émulsion: le Raydrop.

Le projet Carmapharm aura d’ailleurs vu le jour grâce à l’accompagnement du Pôle MecaTech dans le cadre du Plan Marshall. Cela a été confirmé tant au niveau de l’encadrement qu’au niveau financier: le projet a démarré avec un objectif initial, qui au fil de l’avancement et de la prise de connaissance des résultats, a été avantageusement réorienté vers d’autres applications. C’est cette capacité d’adaptation dans le respect du cahier des charges qui a permis au projet de donner des délivrables concrets à très courte échéance, aujourd’hui exportés dans de nombreux pays[ii]. Du point de vue financier, une PME ne prendrait pas le risque d’un tel développement sur fonds propres pendant 5 ans. Or aujourd’hui, Carmapharm a abouti à la création d’une start-up (en voie de scale-up) : en d’autres termes, grâce aux financements via le Plan Marshall, c’est un nouveau produit, de nouveaux marchés et une nouvelle société qui sont nés.

 

 

Mecasoft, aujourd’hui et demain

Mecasoft peut aujourd’hui compter sur l’expérience et la compétence de son équipe. Les collaborateurs sont engagés au sein de l’entreprise depuis de nombreuses années, permettant à Mecasoft de faire bénéficier les différents secteurs où elle est présente de l’accumulation d’expertise croisée et de résultats probants.

Déjà tournée vers la mouvance de l’industrie 4.0 au sein d’un écosystème résolument wallon et belge, la société continue à s’engager dans les étapes de prototypage rapide et les mises en production en petites et en moyennes séries tout en s’orientant vers l’export, où se trouve la majorité des donneurs d’ordre finaux. Actuellement, entre 25 et 30% du chiffre d’affaires est réalisé à l’étranger, notamment en France. Mais la volonté est d’être mieux représenté dans les pays germanophones et bien sûr en Flandre.

Enfin, Mecasoft entend maintenir cette dynamique de partenariat. Récemment encore, elle a proposé au Pôle MecaTech un projet de consortium sur le thème de la mésofluidique. Cette initiative, encore à ses prémices, est prometteuse. Elle est aussi positionnée sur différentes plateformes tels le Téléscope Einstein ou les plans de relance Horizon Europe et React-EU, liés à l’aéronautique et l’aérospatial. Encore un exemple qui démontre l’ouverture de l’entreprise dans une démarche innovante et sa volonté de créer des partenariats porteurs et structurants.

[i] En collaboration avec Manetco.

[ii] Le dispositif est produit par Secoya et distribué par Fluigent.

 

Plus d'articles

SINTEF – applied research – technology & innovation

MecaTech had recently the occasion to meet a representative of SINTEF’s digital department. Below is a brief overview of this organization. SINTEF, based in Norway, is one of Europe’s largest independent research organization (2000 employees, 75% researchers). The company vision is « technology for a better society » and SINTEF acts as an incubator, commercialising technologies through …

Énergie propre: lancement d’un fonds d’investissement et annonce d’une nouvelle coopération

La Commission européenne, la Banque européenne d’investissement et Breakthrough Energy Ventures ont lancé un fonds d’investissement de 100 millions d’euros afin d’aider les entreprises européennes innovantes à développer et commercialiser des technologies d’énergie propres radicalement nouvelles : aligner les investissements privés et publics dans l’innovation de pointe, au bénéfice de l’Union de l’énergie. Le fonds …